TEPOP à La Villette: Le Grand Paris des Jeunes et de l’énergie!  Les dimanches 6 et 13 décembre, TEPOP occupait le vaste espace en mezzanine sur le Balcon n°1 de la Grande Halle de La Villette au-dessus du studio de la radio Mouv’.
Ce premier grand événement FREESTYLE (skatepark, Hip Hop, DJ sets, street market, BMX…)  était ouvert à tous gratuitement.  Dans le cadre du « Grand Paris #Climat » de l’Atelier du Grand Paris, TEPOP continue de dessiner le projet métropolitain des jeunes des quartiers populaires. Une présence qui revêt des aspects très variés : une exposition mais aussi des ateliers architecturaux et de radio, des activités participatives comme « Le Voyage Métropolitain », un point d’écoute et deux débats animés et enregistrés par l’association L’oeil à l’écoute. 

L’exposition architecturale des petits projets urbains écologiques. Une occasion pour les visiteurs de découvrir une exposition architecturale originale, de s’intéresser aux projets élaborés par les jeunes des quartiers Les 4000 Nord à La Courneuve, la Porte de Montreuil à Paris ou La Mare aux Curés à Nangis et à ceux des étudiants de l’école d’architecture de Paris Belleville à La Noue à Bagnolet, au Pont de Bondy à Bondy, à La Habette à Créteil et sur L’île de Melun à Melun. Sur d’immenses panneaux et de manière très didactique, la démarche de TEPOP apparaît; Des petits projets architecturaux écologiques envisagés pour certains quartiers prioritaires du Grand Paris sont expliqués sous forme de textes illustrés de dessins, photos et vidéos. Des maquettes permettent également d’en avoir une vision concrète.


Mélusine Pagnier, étudiante en architecture explique le contexte du projet aux jeunes avant de
débuter les ateliers d’architecture 


Le Voyage Métropolitain : les jeunes marchent sur Le Grand Paris Sur une carte géante de 50m2, les participants «  voyagent » dans leur métropole:  ils reconnaissent leurs lieux de vie,  inscrivent leurs déplacements avec des scotchs de couleur qu’ils collent sur la carte puis notent leur prénom sur ces rubans de couleur; jaune pour les loisirs, orange pour le shopping, vert pour les études et le travail.

C’est l’opportunité d’échanger et de nouer des contacts, pour le plus grand plaisir des jeunes et des moins jeunes. Ainsi de multiples trajets sont matérialisés au sol, formant une multitude de lignes entrecroisées, les centralités des jeunes apparaissent.


Une multitude de lignes de couleur entrecroisées au sol marquent les centralités des jeunes


Des ateliers architecturaux  Une inscription, des explications claires et un encadrement de la part des étudiants en architecture pour guider les jeunes participants, beaucoup de matériaux variés mis à leur disposition, et toutes les conditions sont réunies pour qu’ils fassent ensemble des propositions pour une métropole écologique et créative. En une demie heure, les maquettes prennent forme, avec des résultats étonnants.

Les équipes lauréates ont été distinguées pour les aspects écologique et créatif de leurs propositions
                                     


Des ateliers radio et un point d’écoute animés par L’oeil à l’écoute. Parallèlement aux ateliers d’architecture, l’association L’Oeil à l’écoute, partenaire de TEPOP, met à disposition un point d’écoute pour diffuser les émissions enregistrées et animées par les jeunes des banlieues qu’elle a formés l’été dernier. Les jeunes peuvent aussi participer à des ateliers radio et s’essayer à des interviews en « live ». Ces enregistrements seront montés et retransmis sous forme d’émission sur Radio Campus en janvier.  


Emily Vallat, de l’association L’Oeil à l’écoute, interroge les participants


Le débat : Quelle Métropole pour demain? Des personnalités de la métropole écoutent les jeunes et transmettent leur vision pour l’avenir  
Le dimanche 13 décembre,  les jeunes débattaient avec des acteurs majeurs de la métropole venus les écouter et dialoguer avec eux. L’animation et l’enregistrement de ces débats étaient assurés par L’œil à l’écoute. Parmi les jeunes participants aux débats: des étudiants en architecture,  architecte urbaniste,  artistes comme M2O et Anaïs et les journalistes de l’Oeil à l’écoute (voir liste ci-dessous).

Au cours d’un des deux débats, Marie Hélène Bacqué, chercheuse, fait remarquer que les jeunes apprécient d’être associés aux projets, de pouvoir donner leur point de vue et de suggérer des solutions. Ils se sentent concernés par le futur de leur métropole et on arrive à les motiver dès lors qu’il y a un véritable enjeu. Car « la meilleure façon d’avancer est de faire » souligne-t-elle.

De son côté, Dominique Alba, directrice de l’APUR, met en avant l’intérêt de mener une démarche participative pourtant encore trop rare y compris dans l’enseignement, note Ulisses Mattos Vieira Machado, étudiant en architecture. Et pour une démarche réussie, affirme-t-elle « il est nécessaire d’accepter la différence, de laisser une partie du pouvoir à l’autre », et on apporte ainsi de meilleures réponses collectivement.

Comme ajoute Mireille Ferri, directrice de l’AIGP,  « nous vivons actuellement un moment de bascule, il faut inventer une manière d’être ensemble. »

En guise de conclusion, les intervenants sont interrogés sur la ville idéale du futur, quelle est-elle?  Interrogés à tour de rôle, chacun émet son souhait : la ville idéale serait jolie, sans sectorisation, proche de la nature, vivante et sans espace abandonné; elle serait bien adaptée et disposerait de nombreux espaces d’expression artistique bien organisés.


De gauche à droite:  Mélusine Pagnier, étudiante en architecture, Marie Ange Jambu, architecte urbaniste, Marie Hélène Bacqué, Chercheuse, Ulisses Mattos Vieira Machado, étudiant en architecture,  Béatrice Mariolle architecte, urbaniste et présidente de l’association TEPOP, Charles Henri Despeigne et Mélanie Péclat de L’oeil à l’écoute. 

Suivez nous sur notre compte Twitter, notre page Facebook et sur le site de TEPOP.


Les participants aux débats

Mireille Ferri, directrice de l’AIGP,
Dominique Alba, directrice de l’APUR,
Marie Hélène Bacqué, Chercheuse,
Béatrice Mariolle, architecte urbaniste et présidente de TEPOP,
Marie Ange Jambu, architecte urbaniste,
MO2 artiste de rue,
Laetitia Overney, sociologue,
Anaïs, artiste, designer d’accessoires Roller Derby « Le Passage des étoiles »
Mélusine Pagnier, étudiante en architecture,
Ulisses Mattos Vieira Machado, étudiant en architecture,
Guillaume Mahé, Charles Henri Despeigne et Mélanie Péclat ,journalistes L’Oeil à l’écoute.