MÉTROPOLE DU FUTUR = MÉTROPOLE DES JEUNES
Jeunesse et développement durable sont étroitement liés. La question du développement durable, qui s’est progressivement imposée dans l’agenda politique, repose sur le principe suivant :

« répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (Rapport Brundtland rédigé en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations Unies).

Les jeunes sont l’avenir, leur implication dans les enjeux climatiques et environnementaux est déterminante si l’on veut mettre en place des processus et des projets sur le long terme.

Si les jeunes semblent être davantage sensibilisés aux questions environnementales que leurs aînés, et beaucoup moins aptes à développer ce que l’Observatoire de la Jeunesse et des Politiques de Jeunesse définit comme « le paradigme éco-centrique selon l’âge », leur sensibilité à ces problématiques varie cependant en fonction de leur situation économique, sociale et territoriale (le sondage l’INJEP retient la tranche d’âge 18-29 ans). D’un point de vue générationnel tout d’abord, on remarque que les jeunes ont une vision bien moins optimiste que leurs aînés concernant l’avenir climatique de la planète et la capacité des hommes à préserver notre écosystème.

RENOUVELLEMENT DES FORMES DE DÉBAT
Nous faisons le pari que le renouvellement des formes de débats permet d’innover dans les propositions, permet d’inventer des alternatives de fabrication du projet métropolitain qui valorisent les systèmes d’échanges, le respect des grands équilibres écologiques, des formes de coopération entre les populations. Des hypothèses à la fois concrètes et radicales émergeront et permettront de penser autrement la transition énergétique.

DONNER LA PAROLE AUX JEUNES, UNE NÉCESSITÉ POUR CRÉER UNE PENSÉE MÉTROPOLITAINE COLLECTIVE !
Si les jeunes des sites prioritaires sont confrontés à certaines difficultés, il est plus que jamais nécessaire de les associer aux projets de leur site et, plus largement, de leur métropole. Donner la parole aux jeunes, si souvent absents des processus classiques de concertation, permet d’enrichir le débat et la dimension créative des projets. Car c’est bien la dimension qui nous intéresse particulièrement l’hypothèse que nous formulons:

DESSINER LA MÉTROPOLE DE DEMAIN AVEC LES JEUNES D’AUJOURD’HUI
TEPOP a créé des nouveaux outils de projet permettent aux jeunes, de leur quartier à la métropole-monde, d’énoncer leur vison du futur, de dessiner leur projet local, de décrire leurs ambitions métropolitaines, de partager leurs valeurs environnementales.
Avec des jeunes architectes, des étudiants en architecture et en urbanisme, les jeunes proposent de véritables solutions à la crise climatique, dessinent un territoire décarbonné, imaginent l’harmonie entre les humains et la nature, pensent la décroissance de l’empreinte écologique.

NOUVEAUX ACTEURS, NOUVELLES ÉCRITURES POUR INVENTER LA MÉTROPOLE DE LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE
Pour TEPOP l’enjeu consiste à questionner les outils de fabrication des projets d’architecture, être à l’écoute des modes d’habiter la métropole.
Nous faisons le pari que le renouvellement des formes de débats permet d’innover dans les propositions.

L’objectif de TEPOP est d’inventer des alternatives de fabrication du projet métropolitain qui valorisent les systèmes d’échanges, le respect des grands équilibres écologiques et des formes de coopération entre les populations. Des hypothèses à la fois concrètes et radicales émergent et permettent de penser autrement la transition énergétique.

Scribing_A3_v2