CARTE SMALL ACTIONS

Toute cette énergie populaire locale constitue une matière de projet innovante, créative.
Ces micro lieux doivent être de véritables détectives culturels, environnementaux et spatiaux en révélant de nouvelles possibilités, de nouvelles synergies.
Ainsi un toit n’est plus une simple couverture mais devient aussi un réservoir d’eau pluviale, un poteau capte et distribue de l’énergie, un garde corps devient un jardin vertical, le sol devient fertile ou producteur d’électricité. La grammaire architecturale est donc revisitée.
Tous ces micro-lieux deviennent autant de surfaces productives qui offrent de nouvelles possibilités, autant de small acts réinventant l’art de vivre dans ces quartiers sensibles et dans la métropole du grand Paris.

JUSTICE SPATIALE ?

Si les villes globales sont en situation de marasme, et que la question sociale est sur le point de modeler la ville, ne serait-ce que partiellement, alors cette approche de nouveaux types d’architecture, de nouveaux bâtiments et d’environnements bâtis, est très intéressante. le nouvel avant-garde des mouvements sociaux va totalement remodeler nos villes et nos bâtiments et cela va constituer un véritable défi parce que personne dans le monde de l’architecture n’est prêt à cela. La question d’une application pratique de la justice spatiale ne s’est pas réellement attaquée à cette problématique pour l’instant. Elle demeure la question essentielle de l’architecture et de l’urbanisme à l’heure actuelle. La question est sociale par ce que le reste est en faillite: crise financière, limites du modèle de croissance économique, de la financiarisation.» (saskia sassen 2014)

ENERGIE POPULAIRE from Brès + Mariolle on Vimeo.

 

LES GRANDS PROJETS SONT ILS LA SOLUTION ?

Un grand projet n’est pas solidaire, il ne peut pas l’être. Cela nous ramène à l’éthique de la construction, et l’alternative à l’utilisation de plans directeurs… cela revient à semer des graines dans différents endroits. Cela fait partie du problème des banlieues françaises: il s’agissait d’un grand projet et c’est l’une des raisons pour lesquelles elles sont inhabitables, en raison de leur échelle et de la nécessité qu’il y avait d’en faire quelque chose d’impressionnant. (richard sennet 2014)

Il convient de valoriser le local sans l’enfermer dans l’entre-soi, de motiver les actions de terrain mais de les articuler avec les projets métropolitains.

Il est essentiel de penser l’espace métropolitain comme un système de réseaux, matériels et immatériels.

La solution se situe dans un local renforcé et mis en réseau avec le métropolitain, le national, l’européen et le mondial dans un système d’échanges solidaires.

8PROJET_CARTE-RESEAU-METROPOLITAIN

URBANISM OF SMALL ACTS FRAN TONKISS

“small urbanism is not a simple niche, transient or low impact. The point is they scale up- across different sites and cities- to a broader urban political economy of investment, intervention and social return. These interventions matter because of the realities they create in place- housing, workplaces and social infrastructure, chidcare and play spaces, open and green spaces, meeting places and markets, information exchanges and political venues”. Urbanism of small acts Fran Tonkiss